Maurice Bonnot

Presidential elections in the Republic of Abkhazia (26 August 2011): Alexander Ankvab

Veni, Vedi, Vici 

The observation conducted on the ground of the presidential elections in Abkhazia on 26 August last, the fifth such process since the position was created by Article 49 of the 1994 constitution, allowed one to assess the degree of democratic progress, of popular support for the institutions throughout the territory, of the existence of independent political structures, all criteria serving the classic definition of a sovereign state.

1. Once again, the month of August was marked by a major event Abkhazia. The beginning of a thirteen-month war against Georgia in August 1992 to September 1993, the recovery of the territorial integrity after the reconquest of the upper Kodor Valley during the conflict in South Ossetia in August 2008, the recognition by the Russian Federation on 26 August of that year were similarly striking events. The totally unexpected death of President BAGAPSH occurred in Moscow on 29 May 2011 led to the holding of a new presidential election within, according to the text of the Constitution, a period of three months — thus, the 26 August, the date corresponding moreover to the third anniversary of the first state-recognition.

2. The legacy of President BAGAPSH is important. The six and a half years (2005-2011) he spent as the head of the state saw a marked improvement of the situation, notably internally, although some problems remain unresolved (unemployment, low income, slow recovery in the renovation of infrastructure, including lethargy of the agricultural sector in the south) due largely to the conflict and the blockade by its neighbours (including Russia until 2000). The state-recognition during his tenure granted by the Russian Federation permitted the signing of agreements ensuring all at once the security of the country along its borders as well as prefiguring the improvement of the transport-infrastructure, the renovation of the airport area Dranda, and the railway-line from Sochi.

3. Three candidates presented themselves to the electorate: Alexander ANKVAB, born in Sukhum in 1952, graduated in 1974 from the Academy of Sciences of the University of Rostov before joining from 1975 to 1981 the Ministry of Justice of the Autonomous Republic of Abkhazia and then the Regional Administration of Gudauta. From 1984 to 1990, he held the post of Deputy Minister of Justice of the Georgian SSR. He served as Interior Minister of Abkhazia from 1992 to 1993 before beginning a career as a businessman in Moscow for several years from 1994. Eligible for the Presidency of the Republic of Abkhazia in 2004, he nevertheless refused to submit himself for an examination of his knowledge of the Abkhaz language, mandatory since the 1999 Constitution because he thought it beneath his dignity and not because he does not know the language. What had prevented him from standing in 1999 was the requirement that a candidate should have spent the previous 5 years living in Abkhazia, which was something introduced specifically to prevent Ankvab's candidacy. He was appointed Prime Minister by President BAGAPSH from February 2005 to February 2010, when he became vice-president after being elected alongside President BAGAPSH on 12 December 2009. He enjoyed the support of the Unity Party the direction of which was set by the late President BAGAPSH, of the Social Movement for Renewal and of the Association of Veterans (Amtsakhara). His partner for election to the Vice-Presidency was Mikhail LOGUA, then Head of the Administration of the region Gulripsh Region. Born in 1970 in Sukhum, the latter studied economics and has an already rich experience in this area.

Sergej Mironovich SHAMBA, born in 1951 in Gudauta, was originally a historian specialising in archaeology. He quickly joined the ranks of the People's Forum of Abkhazia "Ajdgylara" ("Unity"), which he chaired from March 1990. He assumed the position of Deputy Minister of Defence before the 1992-1993 conflict. He has served as Foreign Minister from May 1996 to February 2010, when he was promoted to Prime Minister. SHAMBA took pride at the time of the election in his strong support among the youth: he chose as his partner for Vice-President Shamil Omarovich ADZINBA, the head of the Youth Union who was also responsible from 1996 to 2005 for a famous football club. He developed in particular the theme of the need to build a pluralistic society where all ethnic groups have their place, especially the Mingrelian community of the Gal Region. He was simultaneously supported by the Economic Renewal Party of Beslan BUTBA, a businessman who participated in the 2009 presidential election (8.25%), and by the Communist Party.

Raoul Dzhumkovich KHADZHIMBA, born in 1958 in Tkvarchal, has extensive experience in intelligence, especially in his hometown, where he was the representative of the KGB from 1986 to 1992. Promoted to Head of the Security Services from 2002 to 2003, he was promoted to Minister of Defence and Deputy Prime Minister from 2003 to 2004 before becoming Prime Minister under President ARDZINBA between 2003 and 2004. Candidate in the 2004 presidential election and at one stage declared the winner, he had to accept, after an investigation into the results, a compromise with President BAGAPSH. Both rivals were then elected in an entirely new election in January 2005, KHADZHIMBA as Vice-President. This uneasy alliance was broken with the resignation of KHADZHIMBA a few months before the election of December 2009 in which he won only 15.32% of the votes. He thus attempted for a fourth time to win a presidential election by taking as a candidate for the Vice-Presidency the widow of President ARDZINBA, Mrs. Svetlana Iradionovna DZHERGENIA, who had many supporters among the Abkhazian intelligentsia.

4. The Abkhazian model of democracy thus received an accidental test. During the campaign, the principle of equal treatment was observed in the mass-media and the presentation of candidates. Equal time to speak was granted by the state-TV to each candidate. The way they chose to present themselves was somewhat different: KHADZHIMBA and SHAMBA were surrounded by supporters, whilst ANKVAB preferred the solitary style of intervention.

If all three candidates had to agree to sign their commitment to a code of good conduct, an interview published by the Russian newspaper "Moskovskaja Pravda" came to disturb this fine little assurance before the election. Tengiz KITOVANI, commander of the Georgian troops during the incursion of 14 August 1992 which triggered the conflict, indicated that ANKVAB had known about these plans but had not informed his colleagues at the time. He added that, should he be elected, he would align his policy with that of Georgia towards NATO and the European Union. Video-excerpts of the interview were aired during a demonstration in support of SHAMBA, an initiative undoubtedly intended to contaminate the reputation of ANKVAB, as with the publicity given to the publication by the newspaper "Respublika Abxazija” of a 2003 interview with President ARDZINBA in which he expressed similar accusations against ANKVAB. The latter responded to such accusations by a discreet silence.

Two other factors somewhat tarnished the comely image enjoyed by SHAMBA, particularly externally: in an interview in the Russian press, he stressed in a somewhat too exaggerated manner his role in the Abkhazian national movement and insisted on personally being identified with the people, suggesting an almost inevitable success and, should the result prove otherwise, his refusal to accept an outcome that did not reflect the popular will.

The main points of the programme presented by candidate ANKVAB were incorporated in his inaugural address on26 September: "In the future, we will focus on strengthening social protection [....], the search for radical solutions in health and population policy [......], the resuscitation of rural life and production [.....], on action for youth and graduates returning home [......] on measures to secure investment, on the fight against corruption and crime in all forms, including economic and financial [.....], on the security of the state, including protection against external threats [.....], on the development of the strategic partnership with Russia [....], and on the continuation of diplomatic efforts to achieve international recognition."

5. The holding of the presidential election became the subject of controversy. In a paper published on the eve of the election on the site "Open Democracy", the former Minister for European Affairs in the Blair government, Denis MacShane, said that "whilst the elections might be an interesting diversion, there is no possibility for them to be considered legitimate or to allow for the election of a truly independent personality”. And the illustrious parliamentarian compared Abkhazia to Alsace-Lorraine after 1870 subjected to a similar foreign iron rule. The election would be in his eyes entirely organised by Moscow, recalling Stalin's aphorism that the people who vote do not count — rather what is important are the people who count the votes. He recalled the demand of the European Union that "the elections in this region of Georgia cannot be valid unless all refugees and displaced persons are given the right of return" and charges that Russia "as in Transniestria, is satisfied to create a new space (no man's land) for the denial of democracy”, thus demonstrating again that the Kremlin prefers to “keep suppurating sores on the periphery of its former empire rather than establish a new partnership with the nations who have reintegrated the course of history after 1989.” One of his former colleagues in the British Parliament, the Rt. Hon. Bruce George, publishes a comment at the same time denouncing in advance in similar fashion "a rigged election" designed to purvey an illusory power, the Kremlin alone pulling the strings in the background. It should be recognised that similar language denying the populations of Abkhazia any right of expression is relayed in an even more outrageous manner by the head of the Georgian State, Mikheil SAAKASHVILI, who, in a speech in early August at Anaklia, facing the border with Abkhazia, spoke of "the Barbarians out there facing civilisation over her" (viz. Georgia). And, continuing: "There they know only Mongoloid brutality and ideological enslavement, whereas here we enjoy the authentic and ancient European Colchis, the oldest of civilizations."

It would require all the skill and long experience of Professor George Hewitt, a specialist in Georgia and Abkhazia, to refute similar associations of bias and a-priori argumentation. Concluding a documented article, he emphasises that "Abkhazia is still a long way from seeing its independence recognised fully and complete. This remains the adamant ambition of its political élite as well as of its people and is the basis of any progress in resolving the disputes which set it apart from its Georgian neighbour. Nevertheless, much remains to be done in Abkhazia. How the presidency of Alexander ANKVAB will affect the country and the regional scene, the next five years will tell."

6. The best response to the propositions of MacShane and Bruce George, described by some as a "mishmash of disinformation", is probably the opinion of the international observers on the ground. Despite the summer period, a significant number of these eyewitnesses, a total of 119 from 27 countries, observed that, without any noteworthy problems, the electoral process was something which attracted wide participation and continued throughout the day in the greatest calm. The present writer visited fourteen polling stations in the region of Ochamchira, Gal and Tkvarchal. No irregularities were noted. The same conclusion was drawn by all observers dispatched across the whole country, and the same goes for interventions before the Electoral Commission. It should be noted that in the Gal Region, no controversy arose concerning the issuing of Abkhazian passports to the population (mostly Mingrelian) wishing to subscribe to this act of citizenship, which was incompatible with the holding of any link to Georgia (dual nationality is only accepted with the Federation of Russia). The number of passports distributed increased to 9,000 for this last election from the 3,500 of December 2009.

In an article in "The New York Times" published on 27 August, one reads: "The election, unusual in the former Soviet space, was not determined in advance as far as the outcome was concerned" and had “apparently subscribed to the principles of democracy." The newspaper added that one could not draw the same conclusion for national elections in Georgia which are regarded by western governments as a model of democracy that Abkhazia should aspire to reach but which has actually been dominated for years by President SAAKASHVILI’s Movement for National Unity." It appears that, according to article, there was no evidence that Moscow had predetermined the outcome and that, by openly rejecting the democratic aspirations of Abkhazia and supporting in so blind a fashion the isolationist line of Tbilisi, the West is denying itself any levers of influence likely to help the evolution of a solution to problems in the sub-region." The Western position towards the elections will indirectly strengthen the growing influence of Moscow.

A Georgian analyst, Irakli SESIASHVILI, goes so far as to suggest that "positive lessons must be learned from the Abkhazian experience and not, as most often happens, propose the opposite.”

7. Election results announced on 27 August at the Press Conference of the Chairman of the Electoral Commission, Mr. Batal TABAGUA, were as follows:

Number of registered voters: 148,556

Number of voters: 106,845

Representing a stake of 71.9%

Number of Votes for:

Alexander ANKVAB: 58,657 (54.9%)

Sergej SHAMBA: 22,456 (21.02%)

Raul KHADZHIMBA: 21,177 (19.82%)

Number of voters having cast against all candidates: 2,023 (1.89%)

Number of blank or spoiled votes: 2,532 (2.37%)

Alexander ANKVAB won the most votes in 32 of the 35 electoral districts, with the exception of one area in Gulripsh and two others in the region Tkvartchal. He won in 148 of the 172 polling stations (86%).

The new President of the Republic of Abkhazia Alexander ANKVAB

The concern for a resumption of control by a pragmatic and somewhat authoritarian hand expressed by an electorate committed more to justice and order no doubt played a huge role in the accession to supreme responsibility of Alexander Ankvab, known as much for his uncompromising as for his enigmatic character. What might appear to some as a lack of charisma seems to be offset in this technocrat by an interest in efficiency and worship of results. The new President was, throughout his campaign, thrifty of promises, conversely insisting on the need and his disposition to tackle corruption and inequalities, focusing on two priority-areas, namely education and the health-sector. This concern not to be bound to any ideological presupposition is reflected in his programme for foreign policy from which the formula, favoured by his predecessor, of a multi-vector policy is absent.

The priority given to strengthening the quality of life and inner harmony within the state-borders, the security of which is now ensured by Russia, should now take precedence over the quest for international recognition, postponed to better days.

The presence at the ceremony of Valentina MATVIENKO, newly elected President of the Federation Council served as a reminder of the interest of the Russian Federation in developing relations between the two countries.

The appointment on 27 September of a new Prime Minister in the person of Leonid LAKERBAJA was the first decision taken with the careful prudence and efficiency specific to the new President. Leonid LAKERBAJA, a trained engineer, was a Member of the Abkhazian Parliament from 1991 to 1996, and from 2000 to 2002. He served as Deputy Prime Minister from 2005.

Many changes have taken place at the head of sovereign ministries. The accession of Dr Vjacheslav CHIRIKBA to the office of Foreign Minister, previously Adviser to the President for International Affairs, notably in conducting the Geneva negotiations, should be welcomed. Thus, the transparent and democratic nature of these elections and reinforces once again, despite the difficulties of all kinds which Abkhazia has had to face during the two decades of its independent existence, the deepening of democratic life. The stubborn refusal to recognise these achievements as expressed by the European Union, NATO, OSCE, and a number of foreign diplomats cannot therefore be considered to assist in the resolution of crises in the region.

Maurice Bonnot
Retired French diplomat researching on de facto states problematics. FRANCE

 

Elections présidentielles en République d’Abkhazie (26 août 2011):

Alexander ANKVAB

Veni, vedi, vici

L’observation menée sur le terrain des élections présidentielles en Abkhazie le 26 août dernier, le cinquième processus de ce type depuis que le poste a été créé par l’article 49 de la constitution de 1994 a permis d’évaluer le degré d’avancement démocratique, de soutien populaire aux institutions sur l’ensemble du territoire, d’existence de structures politiques indépendantes, tous critères servant à la définition classique d’un Etat souverain.

1. Une fois encore, le mois d’août a été marqué en Abkhazie par un événement majeur. Le début d’une guerre de treize mois contre la Géorgie d’août 1992 à septembre 1993, le recouvrement de l’intégrité territoriale après la reconquête de la haute vallée de la Kodori au moment du conflit en Ossétie du Sud en août 2008, la reconnaissance par la Fédération de Russie le 26 août de la même année ont été autant des faits marquants. Le décès totalement inattendu du Président BAGAPSH survenu à Moscou le 29 mai 2011 a entraîné la tenue d’une nouvelle élection présidentielle prévue, conformément au texte de la Constitution, dans un délai de trois mois, soit le 26 août, date correspondant par ailleurs au troisième anniversaire de la première reconnaissance d’Etat.

2. Le legs du Président BAGAPSH est important. Les six années et demie (2005-2011) passées à la tête de l’Etat ont vu l’amélioration très nette de la situation notamment à l’intérieur même si quelques problèmes restent en suspens (chômage, faiblesse des revenus, lenteur du redémarrage de la rénovation des infrastructures, léthargie du secteur agricole notamment au sud du pays) dus en grande partie aux conséquences du conflit et au blocus exercé par ses voisins (dont la Russie jusqu’en 2000). La reconnaissance d’Etat durant son mandat accordée par la Fédération de Russie a permis la signature d’accords assurant tout à la fois la sécurité du pays aux frontières que prévoyant l’amélioration des infrastructures de transport, la rénovation de l’aire aéroportuaire de Dranda, et de la voie ferrée en provenant de Sotchi.

3. Trois candidats se présentent alors aux suffrages des électeurs: Alexander ANKVAB né à Soukhoum en 1952, a terminé ses études en 1974 à l’Académie des sciences de l’Université de Rostov avant d’intégrer de 1975 à 1981 le Ministère de la Justice de la République autonome d’Abkhazie puis l’Administration de la région de Goudaouta. Il exerce de 1984 à 1990 le poste de Ministre adjoint de la Justice de la RSS de Géorgie. Il occupe les fonctions de Ministre de l’Intérieur d’ Abkhazie de 1992 à 1993 avant que d’entamer une carrière d’homme d’affaires à Moscou de 1994 à 2004. Eligible à la Présidence de la République d’Abkhazie en 2004, il refuse cependant de se prêter à l’examen de connaissance de la langue abkhaze obligatoire depuis la constitution de 1999 et que d’aucuns considèrent cette exigence comme ayant été adoptée pour lui nuire. Il est désigné Premier ministre par le Président BAGAPSH de février 2005 à février 2010, date à laquelle il devient Vice-Président après avoir été élu conjointement avec le Président BAGAPSH le 12 décembre 2009. Il dispose au moment du scrutin du soutien du Parti de l’Unité dont le défunt Président BAGAPSH assurait la direction, du Mouvement Social du Renouveau et de l’Association des Vétérans Amtsakhara. Son partenaire pour l’élection à la Vice-Présidence est Mikhail LOGUA, actuellement chef de l’Administration de la région de Gulripch. Né en 1970 à Soukhoum, ce dernier a suivi des études d’économie et dispose d’une expérience déjà riche dans ce domaine.

Sergei Mironovitch CHAMBA, né en 1951 à Goudaouta, est au départ un historien spécialiste d’archéologie. Il rejoint rapidement les rangs du Forum populaire d’Abkhazie «Ajdgylara» («Unité»), dont il assure la présidence dès mars 1990. Il assume les fonctions de Ministre adjoint de la Défense avant le conflit de 1992-1993. Il occupe les fonctions de Ministre des Affaires Etrangères de mai 1996 à février 2010, date à laquelle il est promu Premier ministre. CHAMBA se targue au moment de l’élection d’un fort soutien au sein de la jeunesse: il choisit comme partenaire à la Vice-présidence le chef de l’Union de la Jeunesse, Chamil Omarovitch ADZINBA, également responsable de 1996 à 2005 d’un célèbre club de football. Il développe particulièrement le thème de la nécessité de fonder une société pluraliste où l’ensemble des groupes ethniques trouvent leur place, en particulier la communauté mingrèle de la région de Gal. Il dispose tout à la fois du soutien du Parti du Renouveau économique de Beslan BUTBA, homme d’affaires ayant participé à l’élection présidentielle de 2009 (8,25%) et du Parti communiste.

Raoul Djoumkovitch KHADJIMBA, né en 1958 à Tkouartchal, dispose d’une longue expérience dans les services de renseignement, notamment dans sa région natale où il est le représentant du KGB de 1986 à 1992. Promu Chef des Services de sécurité de 2002 à 2003, il est promu Ministre de la Défense et Vice-Premier ministre de 2003 à 2004 puis devient Premier ministre du Président ARDZINBA entre 2003 et 2004. Candidat à l’élection présidentielle de 2004, déclaré un temps vainqueur, il doit accepter après enquête sur les résultats, un compromis avec le Président BAGAPSH. Les deux concurrents sont alors élus ensemble lors d’une nouvelle élection en janvier 2005, KHADJIMBA comme Vice-Président. Cette alliance difficile est rompue avec la démission de Khajimba quelques mois avant le scrutin de décembre 2009 où ce dernier ne remporte que 15,32%. Il tente ainsi pour la quatrième fois de remporter l’élection suprême en ralliant comme candidate à la Vice-Présidence, la veuve du Président ARDZINBA, Madame Svetlana Iradionovna DZHERGENIA qui dispose de nombreux soutiens au sein de l’intelligentsia abkhaze.

4. Le modèle abkhaze de démocratie se trouve ainsi mis à l’épreuve de manière fortuite. Au cours de la campagne, le principe d’égalité de traitement a été respecté au niveau de l’information et de la présentation des candidats. Un temps égal de parole a été accordé par la télévision d’Etat à chacun des candidats. Leur présentation diffère quelque peu, KHADJIMBA et CHAMBA se présentant entouré de supporters, ANKVAB préférant quant à lui gérer seul son style d’intervention.

Si les trois candidats devaient accepter de signer un engagement de code de bonne conduite, une interview publiée par le journal russe « Moskovskaya Pravda » est venue déranger cette belle assurance peu avant le scrutin. Tengiz KITOVANI, commandant de troupes géorgiennes lors de l’incursion du 14 août 1992 déclenchant le conflit, y indique qu’ANKVAB était au courant de ces plans mais n’en avait pas informé à l’époque ses collègues; il ajoutait que ce dernier, s’il devait être élu, alignerait sa politique sur celle de la Géorgie en direction de l’OTAN et de l’Union Européenne. Des extraits de la vidéo de l’entrevue devaient été diffusés lors d’une manifestation de soutien à CHAMBA, une initiative sans aucun doute destinée à entamer la réputation d’ANKVAB, de même que la publicité faite à la publication par le journal « Republika Abkaziya » d’une interview en 2003 donnée par le Président ARDZINBA dans laquelle il émettait de semblables accusations contre ANKVAB. Ce dernier se contente de répondre à de telles accusations par un silence discret.

Deux autres prises de position sont venues ternir quelque peu l’image avenante dont CHAMBA disposait en particulier à l’extérieur une entrevue dans la presse russe dans laquelle il insistait de manière quelque peu trop appuyée, sur son rôle au sein du mouvement national abkhaze et une insistance à s’identifier personnellement avec la population devant de manière quasiment inévitable conduire à son succès et en cas contraire au refus d’un résultat qui ne reflèterait pas la volonté populaire.

Les grands points du programme présenté par le candidat ANKVAB sont présents dans le discours d’investiture prononcé le 26 septembre: « Dans les années à venir, nos efforts porteront sur le renforcement de la protection sociale [….], la recherche de solutions radicales en matière de santé et de politique démographique [……], la réanimation de la vie et de la production rurales […..] ,la prise de mesures en faveur de la jeunesse et du retour au pays des diplômés[……], l’adoption de mesures de sécurité des investissements, la lutte contre la corruption et la criminalité sous toutes leurs formes notamment économiques et financières […..], la sécurité de l’Etat y compris contre les menaces extérieures […..], le développement du partenariat stratégique avec la Russie [….] la poursuite des efforts diplomatiques en vue de la reconnaissance internationale ».

5. La tenue de l’élection présidentielle a fait l’objet d’âpres controverses. Dans un article publié la veille du scrutin, sur le site « Open Democracy » l’ancien ministre pour les affaires européennes du gouvernement Blair, Denis MacShane, considère que « si les élections peuvent constituer un divertissement intéressant, il n’existe que peu de possibilités que celles-ci soient considérées comme légitimes ou permettent l’élection d’une personnalité réellement indépendante » Et l’illustre parlementaire de comparer l’Abkhazie à l’Alsace-Lorraine d’après 1870 soumise à une semblable férule étrangère. L’élection serait à ses yeux entièrement organisée par Moscou, rappelant l’aphorisme de Staline selon lequel le peuple qui vote ne compte pas, l’important serait le peuple qui compte les votes. Il rappelle l’exigence de l’Union Européenne que « les élections dans cette région de Géorgie ne sauraient être valides que si l’ensemble des réfugiés et personnes déplacées se voient conférer de droit au retour » et assène que la Russie « comme en Transnistrie est satisfaite de créer un nouvel espace (no man’s land) de déni de démocratie » démontrant ainsi à nouveau que le Kremlin préfère « conserver des plaies purulentes sur le pourtour de son ancien Empire que d’établir un partenariat avec les nouvelles nations qui ont réintégré le cours de l’histoire après 1989 ». Un de ses anciens collègues au Parlement britannique le Rt Hon Bruce George publie au même moment un commentaire du même acabit dénonçant à l’avance « une élection truquée » destinée à désigner un pouvoir illusoire, le Kremlin tirant seul les ficelles. Il faut reconnaître qu’un semblable langage déniant aux populations abkhazes tout droit à l’expression est relayé de manière encore plus outrancière par le chef de l’Etat géorgien, Mikhail SAAKACHVILI qui dans un discours prononcé au début août à Anaklia, face à la frontière avec l’Abkhazie désignait « les Barbares de là-bas face à la civilisation d’ici » (la Géorgie). Et de poursuivre « Là, ils ne connaissent que la brutalité mongoloïde et l’asservissement idéologique alors qu’ici nous jouissons de l’authentique et de l’antique Colchide européenne, la plus ancienne des civilisations ».

Il faudra toute la compétence et la longue expérience du Professeur George Hewitt, spécialiste de la Géorgie et de l’Abkhazie pour réfuter de semblables associations, préjugés et à priori. En conclusion à un article documenté, il souligne que « l’Abkhazie est encore loin de se voir reconnue une indépendance pleine et entière .Ceci reste cependant l’ambition inflexible de son élite politique tout autant que de son peuple et constitue la base de tout progrès dans la solution des différends qui l’opposent à son voisin géorgien. Au demeurant, il reste beaucoup à accomplir en Abkhazie. Comment la présidence de Alexander ANKVAB influera sur le pays et la scène régionale, les cinq années à venir le diront ».

6. La meilleure réponse aux propos de MacShane et Bruce George qualifiés par certains de « méli-mélo de désinformation » est sans doute l’avis des observateurs internationaux dépêchés sur le terrain. En dépit de la période estivale, un nombre significatif de ces témoins oculaires, 119 au total en provenance de 27 pays, ont pu observer que, sans aucune difficulté notable, le processus électoral a fait l’objet d’une participation importante et s’est poursuivi tout au long de la journée dans le plus grand calme. L’auteur de ces lignes a pu visiter quatorze bureaux de vote dans la région d’Ochamchire, Gal et Tkouartchal. Aucune irrégularité n’a été notée. Le même constat a été dressé par l’ensemble des observateurs dépêchés sur l’ensemble du pays et cela au cours d’interventions devant la Commission électorale. Il est à noter que dans la région de Gal, aucune controverse n’a été soulevée concernant la délivrance de passeports abkhazes à la population en majorité mingrélienne désireuse de souscrire à cet acte de citoyenneté incompatible avec la détention d’un quelconque lien avec la Géorgie (la double nationalité n’est acceptée qu’avec la Fédération de la Russie). De 3 500 en décembre 2009, le nombre de passeports distribués est passé à 9 000 pour cette dernière élection.

Il n’est jusqu’à un article du « New York Times » qui considère, dans un article publié le 27 août, que « l’élection, fait inhabituel dans l’aire de la défunte Union Soviétique, n’était pas déterminée à l’avance quant à son résultat » et avait « apparemment souscrit aux grands principes démocratiques ». Le journal ajoute qu’on ne peut dresser le même constat des élections nationales en Géorgie considérées par les gouvernements occidentaux comme un modèle de démocratie que l’Abkhazie devrait aspirer à rejoindre mais en fait dominé depuis des années par le Mouvement de l’unité nationale du Président SAAKACHVILI». Il apparaît selon l’article qu’il n’existe aucune preuve que Moscou ait prédéterminé le résultat et qu’en rejetant ouvertement les aspirations démocratiques en Abkhazie et en soutenant de manière aveugle la ligne isolationniste de Tbilissi, l’Occident se prive de leviers d’influence susceptibles de faire évoluer la solution des problèmes dans la sous-région ». La position occidentale envers le scrutin renforcerait ainsi de manière indirecte l’influence grandissante de Moscou.

Un analyste géorgien Irakli SESIASHVILI va jusqu’à suggérer que « des leçons positives doivent être tirées de l’expérience abkhaze et non ainsi que le plus souvent, proposer le contraire.

7. Les résultats des élections proclamés le 27 août lors de la Conférence de presse du Président de la Commission électorale, M. Batal TABAGUA se présentent comme suit :

Nombre d’électeurs inscrits : 148 556

Nombre de votants : 106 845

Soit une participation de 71,9%

Nombre de votes en faveur de :

Alexander ANKVAB : 58 657 (54,9%)

Serguei CHAMBA : 22 456 (21,02%)

Raul KHAJIMBA: 21 177 (19,82%)

Nombre de votants s’étant exprimé contre l’ensemble des candidats : 2 023 (1,89%)

Nombre de votes blancs ou nuls : 2 532 (2,37%)

Alexander ANKVAB a remporté la majorité des suffrages dans 32 des 35 circonscriptions électorales, à l’exception d’une dans la région de Gulripch et de deux autres dans la région de Tkouartchal. Il l’emporte dans 148 des 172 bureaux de vote (86%).

Le nouveau Président de la République d’Abkhazie Alexander ANKVAB

Le souci d’une reprise en mains pragmatique et quelque peu autoritaire exprimé par un électorat attaché à plus de justice et d’ordre a sans doute joué un très grand rôle dans l’accession à la responsabilité suprême d’Alexander ANKVAB, connu pour son caractère intransigeant autant qu’énigmatique. Ce qui peut apparaître à certains comme un manque de charisme semble être compensé chez ce technocrate par un souci d’efficacité et de culte du résultat. Le nouveau Président a été, tout au long de sa campagne, fort avare de promesses, insistant a contrario sur la nécessité et sa disposition à s’attaquer à la corruption et aux inégalités que celles-ci entraînent et privilégiant deux secteurs prioritaires, l’éducation et le secteur de la santé. Ce souci de ne se lier à aucun présupposé idéologique se retrouve dans son programme de politique étrangère d’où la formule chère à son prédécesseur de politique multi-vectorielle est absente.

La priorité donnée à la consolidation de la qualité de vie et à l’harmonie intérieure dans des frontières dont la sécurité est désormais assurée par la Russie devrait désormais l’emporter sur la quête de la reconnaissance internationale, renvoyée à des jours meilleurs.

La présence à la cérémonie de Valentina MATVIENKO, tout nouvellement élue Présidente du Conseil de la Fédération est venue rappeler l’intérêt porté par la Fédération de Russie au développement des relations entre les deux pays.

La nomination le 27 septembre d’un nouveau Premier ministre en la personne de Léonid LAKERBAYA constitue la première décision prise avec ce souci de prudence et d’efficacité propre au nouveau Président. Léonid LAKERBAYA, ingénieur de formation, a été député au Parlement abkhaze de 1991 à 1996, puis de 2000 à 2002. Il occupait le poste de Vice-Premier ministre depuis 2005.

De nombreux changements ont été opérés à la tête des ministères régaliens. Il faut retenir l’accession au poste de Ministre des Affaires Etrangères du Dr Viacheslav CHIRIKBA, jusqu’alors Conseiller du Président pour les affaires internationales, notamment le suivi des négociations de Genève.

Ainsi, le caractère transparent et démocratique de ces élections renforcent une fois encore, malgré les difficultés de tous ordres auxquelles l’Abkhazie a dû faire face durant les deux décennies de son existence indépendante, l’approfondissement de la vie démocratique. Le refus obstiné de reconnaitre ces avancées exprimé tant par l’Union Européenne que par l’OTAN, l’OSCE, et nombre de diplomaties étrangères ne peut dès lors être considéré comme pouvant aider à la résolution des crises dans la région.

Maurice Bonnot

Visitors

Locations of Site Visitors

AW on Twitter

The articles in PDF can be downloaded by clicking here (915 KB)